Pourquoi le travail d’un designer de communication est-il souvent mal considéré ?

24/05/2021 00:00

Le travail de designer de communication consiste à traduire et surtout synthétiser visuellement quelque chose : une société, un produit,
un événement, une marque… Le résultat se matérialise le plus souvent par une image. 

Cette image est élaborée par une suite de processus mentaux. Observation, écoute, questionnement, compréhension, analyse, synthèse etc. Ensuite, dès lors que le designer a intégré les valeurs de l’écosystème sur lequel il travail, vont se développer des idées, des concepts, des images, d’abord floues puis de plus en plus précises pour aboutir à des directions créatives possibles et potentiellement utilisables. Pourquoi possibles ? Parce qu’elles se basent chacune sur les données objectives parfois antagonistes tirées du travail d’intégration de l’écosystème. Ces directions créatives sont ébauchées, pour enclencher le dialogue avec le client. Ce dialogue est essentiel pour pouvoir affiner le projet. Certaines options seront rejetées, d’autres amendées d’autres encore développées…


Vient ensuite le moment de tester les options. Celle qui sera la plus en adéquation avec les valeurs et l’écosystème sera finalisée.
Et déposée.


Si le projet a vocation de durer, le designer développe ensuite au fil du temps le système visuel qui va accentuer sa personnalité.


Un point essentiel est souvent négligé : une identité n’est pas figée ; même si le designer anticipe certaines situations/applications, il est difficile de tout prévoir. Un peu comme l’IA, l’image d’une entreprise s’étoffe par l’ajout d’éléments nouveaux qui devront être intégrés.


À moins d’avoir en interne un « Brand manager » qui gère la cohérence de ces apports, c’est souvent par là que se déconstruisent l 

Ce site web utilise les cookies. Veuillez consulter notre politique de confidentialité pour plus de détails.

OK