Les apparences sont souvent trompeuses

20/04/2021

Je suis membre d’un jury international de design. Ne pouvant pas nous déplacer, ce jury s’organise d’une manière digitale. Nous recevons des projets via une plateforme web et nous répondons à des critères. C’est sans doute le moins mauvais des moyens à part le contact en présentiel avec dossiers éventuellement les auteurs des projets et surtout avec les autres membres du jury car les échanges nourrissent la réflexion. 


Mais pourquoi donc ce titre : les apparences sont souvent trompeuses ?


Dans le cadre de ce jury, un des projets était illustré par des photos dont certaines donnaient une sensation de gros fouillis, terriblement rébarbatif alors que d’autres étaient beaucoup plus « épurées ». C’était très contrariant. Sur quoi se baser ? Quelle est la bonne représentation ? Le fouillis ? L’épure ?… L’impression qui se dégageait était clairement le fouillis.

Quel dommage pour le projet… Il ne méritait donc pas une bonne appréciation.

En revenant sur l’ensemble des projets, je revisite aussi leur-là et je me dis : « Ce n’est pas possible, il doit y avoir un truc qui ne va pas… » En creusant sous la toile du net, je trouve assez rapidement le site du projet en question et là, l’impression est tout autre : on est bien dans l’épure. À côté de quoi aurais-je pu passer si je n’avais pas creusé…


La leçon de cette histoire, c’est qu’en matière de branding, de business en général, il faut rester très attentif à l’image qu’on projette car le public ne creuse pas, ne cherche pas, ne revient pas en arrière ; il se contente de la première impression… Si celle-ci est négative, eh bien tant pis.

C’est comme cela, par inadvertance que des « petits détails » détruisent l’image et la crédibilité d’une entreprise. L’image projetée est tout aussi importante que la qualité du produit ou du service fourni car, tout est maillé.

Ce site web utilise les cookies. Veuillez consulter notre politique de confidentialité pour plus de détails.

OK