29/07/2021

Vous êtes interpelé par la notoriété de votre entreprise.

Vous pensez que votre entreprise est visible mais vous n'en êtes pas sûr, même si…      Voyons cela ensemble…       

22/07/2021

Vous êtes interpelé par la notoriété de votre entreprise.

Vous pensez que votre entreprise est visible mais vous n'en êtes pas sûr, même si… 


16/07/2021

Vous êtes interpelé par la notoriété de votre entreprise.

Vous pensez que votre entreprise est visible mais vous n'en êtes pas sûr, même si…

Pourquoi le travail d’un designer de communication est-il souvent mal considéré ?

24/05/2021 00:00

Le travail de designer de communication consiste à traduire et surtout synthétiser visuellement quelque chose : une société, un produit,
un événement, une marque… Le résultat se matérialise le plus souvent par une image. 

Cette image est élaborée par une suite de processus mentaux. Observation, écoute, questionnement, compréhension, analyse, synthèse etc. Ensuite, dès lors que le designer a intégré les valeurs de l’écosystème sur lequel il travail, vont se développer des idées, des concepts, des images, d’abord floues puis de plus en plus précises pour aboutir à des directions créatives possibles et potentiellement utilisables. Pourquoi possibles ? Parce qu’elles se basent chacune sur les données objectives parfois antagonistes tirées du travail d’intégration de l’écosystème. Ces directions créatives sont ébauchées, pour enclencher le dialogue avec le client. Ce dialogue est essentiel pour pouvoir affiner le projet. Certaines options seront rejetées, d’autres amendées d’autres encore développées…


Vient ensuite le moment de tester les options. Celle qui sera la plus en adéquation avec les valeurs et l’écosystème sera finalisée.
Et déposée.


Si le projet a vocation de durer, le designer développe ensuite au fil du temps le système visuel qui va accentuer sa personnalité.


Un point essentiel est souvent négligé : une identité n’est pas figée ; même si le designer anticipe certaines situations/applications, il est difficile de tout prévoir. Un peu comme l’IA, l’image d’une entreprise s’étoffe par l’ajout d’éléments nouveaux qui devront être intégrés.


À moins d’avoir en interne un « Brand manager » qui gère la cohérence de ces apports, c’est souvent par là que se déconstruisent l 

Devenir une star dans son secteur 

29/04/2021

Qu’est ce qui fait qu’on devient une star dans son secteur d’activité ?

Mais qu’est que c’est qu’une star ? Si on en croit le dictionnaire :

STAR : n.f. (mot angl. « étoile » 1. Vedette de cinéma. 2.Vedette dans un autre domaine.


Tout est dit, une star c’est une vedette, et une vedette, c’est : 


VEDETTE n.f. (de l'ital. vedetta, observatoire).

1. Acteur, chanteur, artiste qui a une très grande notoriété ; star: Vedette du cinéma, du music-hall. 2. Personne de premier plan ; célébrité : Les vedettes du barreau. 3. (En appos., avec ou sans trait d'union). Qui est extrêmement connu ou au premier plan de l'actualité : Présentateurs-vedettes. l’émission vedette d'une chaîne. 4. MIL. Anc. Sentinelle à cheval ; auj, sentinelle chargée de la sécurité d'un champ de tir. 5. MAR. Embarcation pontée, à moteur. Avoir ou tenir la vedette ou être en vedette, occuper une position prééminente dans l'actualité.» En vedette [imprim.], se dit d'un nom, d'un titre mis en relief par un procédé

typographique, = Mettre en vedette, mettre en valeur : Débat destiné à mettre en vedette un jeune politicien. = Vedette lance-missiles ou de combat [mar.], petit bâtiment de guerre très rapide et puissamment armé.


Notre rôle, chez contraste [stimulateur d’identités] est de trouver les éléments qui singularisent l’entreprise. Car la Star est singulière et affirme cette singularité. C’est avec cela qu’elle attire son public. Une entreprise n’est pas une autre car si elles étaient interchangeables, nous nous trouverions dans un monde bien peu excitant. 


Petite anecdote : j’ai rencontré il y a quelques années, l’attachée commerciale de l’ambassade de Bulgarie ; nous avions évoqué la problématique de la reconnaissance des produits dans les linéaires de magasins. Problématique qui pendant des années n’avait pour les Bulgares aucune importance. Productrice agricole essentiellement, a Bulgarie produisait la quasi-totalité des conserves de légumes pour l’ensemble des pays du Comecon. Sur les conserves de tomates il était marqué en plusieurs langues : « Tomate », sur celles d’aubergines : « Aubergine » sur celles de choux « Chou »… C’était avant la chute du mur et l’effondrement du bloc de l’Est. Maintenant, c’est très différent, vu la concurrence, il est essentiel de se démarquer et d’être reconnu dans son environnement. Et surtout si on est le meilleur.


Valoriser son image est essentielle car c’est elle qui véhicule l’ensemble des valeurs de l’entreprise. Le produit ne suffit plus car la concurrence est aux aguets, attendant de pouvoir prendre des parts de marché.

Mais l’image ne s’arrête pas à un « logo », bien d’autres paramètres entrent en ligne de compte, gérer l’identité de l’entreprise devient très complexe pour l’entrepreneur.


C’est aussi notre rôle d’aider l’entreprise à gérer son branding… j’évoquerai ce sujet prochainement.

Ce site web utilise les cookies. Veuillez consulter notre politique de confidentialité pour plus de détails.

OK